new

NOMBREUSES SONT MES NAISSANCES PASSEES

 ‘Madura c’était le ciel reflété par les trous sombres de l’eau des bassins rituels d’écume verte, trois fleurs blanches devant une divinité invisible, une Kali noire couverte de linges plus ou moins sanglants, l’odeur de la corruption couverte par celle des tubéreuses, le brillant huileux et noir des galeries polies par la sueur des hommes et le passage des bêtes, les promeneurs découpés sur les percées flamboyantes ou perdus dans les fonds d’obscurité’.

André Malraux, ‘Antimémoires’.

‘Nombreuses sont mes naissances passées’, titre inspiré d’un poème épique de la Bhagavad Gitâ, est une réflexion sur un univers sombre où déambulent des hommes et des bêtes, malades de la pollution urbaine, laissés pour compte d’une société globalisée.

WABI SABI

Wabi-sabi est l’art japonais de trouver la beauté dans l’imperfection et la profondeur dans la nature, l’acceptation du cycle naturel de la croissance, du déclin et de la mort. Il célèbre les fentes et les lézardes, ainsi que les marques du temps, du climat et de l’usage. Tadao Ando

Appliqué au medium photographique, ce concept m’a inspiré des images qui expriment tout ce que les technologies modernes ne sont pas.  
Face aux millions d’images du quotidien, j’ai éprouvé le besoin de retrouver le grain aléatoire du film argentique, la lenteur et le rendu de l’appareil moyen format. Figeant un instant dans le flot du temps qui passe, les images-objets évoquent le style poétique des haiku.

BEHIND THE SHELTERING WALLS

Cette série s’inspire des romans de l’écrivain américain Paul Bowles. J’ai voulu montrer l’architecture des villages du désert, peu à peu abandonnés, l’obscurité des ruelles où les silhouettes des passants, rendues floues par les longs temps de pause, évoquent les fantômes du passé.

BONHEUR NATIONAL BRUT

Après un voyage de quelques semaines au  Bhoutan en 2000, j'y ai vécu 5 mois en 2010. Grâce au concept du Bonheur National Brut, inventé en 1972 par le 4ème roi, le royaume a réussi jusqu'à nos jours à préserver sa culture et son environnement. Cependant, les jeunes représentent 58% de la population et beaucoup d'entre eux ne veulent plus devenir agriculteurs ou moines. Ils migrent vers les villes où ils peinent à trouver le travail dont ils rêvent, obligeant le gouvernement à créer des emplois et à ouvrir le pays au monde globalisé. En lisant les journaux, on a le sentiment que le royaume est en train de perdre son innocence.

HOLY CREATURES

‘Tous les animaux connaissent ce qui leur est nécessaire, excepté l'homme.’

Pline l’Ancien

 ‘Les animaux n'ont pas, comme l'homme, l'orgueil de se croire le roi des animaux.’

Théodore Monod

‘L’homme, dit-on, est un animal mais ce n’est pas une bête.’ La première partie de cette assertion suggère l’existence d’un fond d’animalité chez l’homme tandis que la seconde évoque la supériorité et la domination de l’humain sur la bête.

L’animal est sujet d’attachement, d’affection ou de fascination, il est source de métaphores, de mystère, de sacralité ou de terreur. Il est à la fois chassé et protégé, domestiqué et sacrifié, adoré et consommé.
Les images de cette série sont tour à tour humoristiques, étranges, gênantes. Au delà de leur poésie, elles sont souvent émouvantes et interrogent notre rôle dans le monde que nous habitons : la domination de l’être humain ne lui confère-elle pas davantage de devoirs que de droits envers la bête ?

A GOLDEN LAND WITH SMILING PEOPLE

Une terre d'or au peuple souriant. Telle est l'image que le gouvernement militaire veut projeter du Myanmar et depuis quelques années, la Birmanie s'ouvre et se transforme en destination touristique. Mais même si des progrès indéniables ont été enregistrés, la vie quotidienne des birmans n’a que peu changé. En mettant en tension des portraits de citoyens ordinaires avec le luxe kitsch de la nouvelle capitale, les images montrent l'avenir incertain d'un peuple soumis à l'une des pires dictatures. L'alternative pour beaucoup, c'est l'exil en Thaïlande où se pressent toujours 91 000 réfugiés et demandeurs d'asile. Pour eux, il est encore trop tôt de rentrer au pays.

 

 

LES OUBLIES DE L'EMPIRE

Dans les brumes des montagnes du sud-ouest de la Chine vivent des minorités demeurées à l'écart du reste du pays, un monde en cours de mutation, longtemps oublié, aujourd'hui pénétré par la culture Han dominante, mais pas encore vraiment chinois. Parenthèse entre le modernisme de la Côte Est et la reconstitution officielle des villages de carte postale que l’histoire a mis aux oubliettes. Ces photographies sont un hommage à ces peuples longtemps oubliés et trop souvent méprisés, elles envoient des signaux contradictoires de beauté et de détresse car, derrière la splendeur des paysages et la grâce des gens, transparaissent les sombres réalités de l'existence au quotidien.

 

LES GARDIENS DU CIEL

Visions des royaumes de l'Himalaya, Ladakh, Spiti, Kinnaur, Zangskar, Sikkim, Bhoutan. Tous, à l'exception du Bhoutan, ont disparu, annexé par l'Inde. Tous effectuent en quelques années  le chemin que nous avons mis des siècles à parcourir.